Immobilier d'entreprise, pourquoi ? | Lexonot Notaires

Lorsque de nombreux investisseurs pensent à un portefeuille bien diversifié, ils ne pensent souvent qu’à des investissements tels que des actions et des obligations, ou peut-être un fonds commun de placement. Les investisseurs avisés comprennent l’importance d’avoir un portefeuille diversifié. La diversification vous protège contre les pertes. Si une catégorie d’investissement n’est pas performante, vous pouvez toujours tirer des bénéfices des autres. C’est un exercice d’équilibre qui fonctionne. Un portefeuille vraiment diversifié ne se limite pas à investir dans des actions et des obligations, mais comprend également des actifs tels que l’immobilier d’entreprise.

Même lorsque les cycles du marché fluctuent pour une raison ou une autre, l’immobilier d’entreprise reste un investissement souhaitable grâce à sa nature stable. Cette nature stable fait de l’immobilier d’entreprise un excellent moyen de diversifier un portefeuille. En outre, l’investissement direct dans l’immobilier d’entreprise offre des actifs qui peuvent s’apprécier et fournir des flux de trésorerie.

Des rendements solides sur la durée

En général, la plupart des investisseurs comprennent qu’il est préférable de conserver un actif sur le long terme plutôt que d’entrer et de sortir en courant après les gains. À cet égard, l’immobilier d’entreprise peut offrir des rendements solides et prévisibles. Les investisseurs dans l’immobilier d’entreprise reçoivent généralement des flux de trésorerie réguliers pour leurs investissements, avec des revenus généralement distribués annuellement, trimestriellement ou même mensuellement. En effet, les taux d’occupation élevés et les loyers prévisibles fournissent souvent le flux de trésorerie régulier que la plupart des investisseurs recherchent.

Une échappatoire aux rendements corrélés

Les rendements corrélés signifient que le rendement d’un investissement est lié à la performance d’un autre. Les rendements de ces investissements, qu’ils soient positifs ou négatifs, ont tendance à évoluer dans la même direction au même moment. L’immobilier d’entreprise, en revanche, est un investissement non corrélé. Ses performances ne sont généralement pas liées à celles des marchés boursiers ou obligataires.

L’immobilier est un actif tangible

Pour de nombreuses personnes, l’immobilier est attrayant car il s’agit d’un actif tangible. Il s’agit d’une classe d’actifs que les investisseurs peuvent voir et toucher. Vous pouvez visiter vous-même un bien immobilier pour en savoir plus sur sa taille, son état, son emplacement et d’autres facteurs susceptibles d’affecter les revenus. S’il arrive quelque chose à la structure d’un immeuble de placement, le terrain est toujours là pour être reconstruit ou vendu.

Pour certaines personnes, c’est plus rassurant que d’acheter des actions dans des sociétés qui pourraient ne pas survivre. Il convient toutefois de noter que l’immobilier présente certains risques que d’autres investissements, tels que les actions et les obligations, ne présentent pas. Par exemple, les propriétés inoccupées peuvent coûter de l’argent à l’investisseur au fil du temps. En outre, l’immobilier est un actif relativement illiquide. Il s’agit donc d’un investissement qui convient mieux à ceux qui s’engagent sur le long terme qu’à ceux qui peuvent avoir besoin de leur argent à court terme.

Effet de levier

Non seulement l’immobilier est susceptible de s’apprécier, mais la plupart des propriétaires ont également contracté une hypothèque sur leur bien. Cela leur permet de tirer parti de leur investissement, tout en augmentant la valeur nette du bien.

Par exemple, il suffit qu’un bien acheté avec 20 % de fonds propres et 80 % de dettes prenne 20 % de valeur pour que les fonds propres investis aient un rendement de 100 %. Toutefois, cet effet de levier s’accompagne d’un risque supplémentaire, celui d’une saisie si le bien ne peut pas faire face à ses paiements hypothécaires mensuels. La clé est donc de faire un usage modéré de la dette, en veillant à ce que le flux de trésorerie provenant des loyers soit suffisant pour assurer les paiements hypothécaires mensuels.